Journée Sensibilisation aux risques routiers chez SAFRAN

La société SAFRAN organisait une journée « Sensibilisation aux risques routiers »
orientée vers les salariés qui se déplacent quotidiennement pour les trajets
domicile-travail.

Plusieurs intervenants étaient invités à animer cette journée : La Gendarmerie pour des balades encadrées pour les motards du site, la Sécurité Routière avec 1 simulateur de conduite en 2 roues (scooter) et l’atelier de sensibilisation au risque « alcool », une moto école qui proposait une découverte et une initiation au roulage sur 2 motos, 125 cm3 et une ER6 équipée de pares chutes et la Casim78, représentée par 4 moniteurs : Luc A., Patrick G., Eric M. et Alain G, et côté SAFRAN, 36 motards et motardes s’étaient inscrits pour cette journée, un franc succès et une très bonne participation.

Un grand parking étant mis à notre disposition, nous avons pu installer et animer 4 ateliers. Un atelier freinage avec un long couloir, un moniteur et un élève à chaque passage, le moniteur à l’extérieur du couloir, l’élève suit le moniteur qui règle l’allure, et se positionne à la distance qu’il juge bon en arrière du moniteur et dans le couloir. Ensuite le moniteur déclenche un freinage puissant de façon inopinée et l’on constate si l’élève s’arrête à temps sans dépasser l’arrière de la moto du moniteur. Si c’est le cas c’est que la distance de sécurité était correcte, sinon c’est le signe que dans la vraie vie, une collision se serait produite, cette configuration reproduisant les conditions de l’interfile, un évitement serait impossible.
Ensuite un second atelier proposait un « huit » entre 2 portes de plots mais positionnées en « accent circonflexe », avec une diagonale de 15m environ. But de l’exercice, franchir une porte puis accélérer dans la diagonale, ensuite user du frein arrière pour ralentir la moto et permettre de l’incliner plus pour rentrer dans la porte opposée sur l’angle en freinant légèrement pour adapter l’allure de passage, réaccelerer dans la 2ème diagonale et procéder de même et ainsi de suite pendant plusieurs passages.
Le troisième atelier, un slalom large avec des plots assez espacés, but de l’exercice, utiliser le point de patinage, contourner les plots assez largement en entrée, resserrer sur le plot en sortie pour être bien placé pour l’entrée du plot suivant, et ce sur 6 plots.
Dernier atelier: un petit Gymkhana mis en place par Luc, à parcourir cette fois en 1ère sans embrayage avec une courte accélération modérée entre chaque plot, en utilisant un bonne trajectoire en coupant les gaz à chaque entrée, et en pratiquant le déhanché inversé (moto inclinée, haut du corps vertical)

L’effectif présent à été scindé en 2 groupes, la première moitié partant rouler avec les gendarmes, et la seconde moitié restant avec nous sur le plateau. Et l’après midi les 2 groupes ont échangés leur place.

L’ensemble de la journée, c’est très bien passé, avec des fortunes diverses suivant les motos de chacun, les appréhensions de faire chuter sa moto, la redécouverte de la maniabilité lente après plusieurs année de permis avec de grosses GT impressionnantes à manier très lentement, mais avec un peu de technique et de l’assiduité des progrès significatifs on été constaté comme d’habitude, enchantant certains participants (beaucoup), en décourageant d’autres (un ou deux)
Deux chutes à l’arrêt on été déplorées, mais sans aucune conséquences pour les pilotes et une poignée de frein cassée sur une vénérable GSXR de 1989 et un peu de peinture rayée sur une Honda CBF 600.
Encore une bonne journée d’échange et de partage avec des motards de tous horizons et avec des bagages techniques très différents, un plaisir à animer et à voir les progrès réalisés.

ps : peu de photos ont été prises car nous étions tous les 4, très occupés avec nos « cobayes » .

Journée circuit le dimanche 19 août à Dreux


En ce qui me concerne, la journée commence à 5h45 dimanche matin, départ vers 6h45 direction Dreux, arrivée au circuit à 7h45.
Les Angevins sont déjà debout en train de préparer leurs motos, arrivés la veille, ils ont campé devant
l’entrée du circuit, quand on aime on ne compte pas !. Vers 8h00 les participants arrivent échelonnés au gré des groupes qui se sont constitués
pour rejoindre le circuit.

Yohann et Jean, commencent les vérifications techniques des motos, Alain D. collecte les attestations d’assurance
Christophe et Pierrick taguent les motos par groupe de couleur, Gaël Christine et pascal P. organisent le parking,
pendant qu’Arnauld, Natacha et Gery préparent la salle pour le briefing et le café d’accueil, Gilles et moi même
partons sur la piste mettre en place les chicanes et le balisage vers les 2 petites chicanes devant les stands.

Cette année, innovation, Natacha à préparé des plannings à remettre à chaque participant ainsi qu’un planning général
avec le nom des différents commissaires à chaque session, affiché sur un panneau à la sortie des stands et ça c’est
un vrai confort.

A 9h00 le groupe Rouge ouvre la piste, pendant ce temps le groupe Bleu est en planning et le groupe Vert fournit les
1er commissaires de la journée. La 1ère session sert d’échauffement et de découverte de la piste de son adhérence
par exemple un petit triangle bitumé peint en rouge en face les stands, humide de la rosée nocturne, offre quelques
sensations, aux audacieux qui tentent de le franchir sur l’angle en les gratifiants d’une petite glissouille, non
dangereuse, mais qui envoie une petite décharge d’adrénaline.
Ensuite toutes les 25mn échange de groupe, mise en place des nouveaux commissaires issus du groupe qui vient de rouler
grâce au planning, ça se passe rapidement, et le groupe suivant rentre en piste à l’heure pour sa session.
Les moniteurs et aides-moniteurs environ 50% de l’effectif d’un groupe, sont bien occupés par le coaching des différents
participants, qui après quelques tours viennent débriefer dans les stands puis repartent pour mise en application des
conseils dispensé.

A 12h, il est temps de laisser refroidir les montures et de ravitailler les pilotes, chacun va chercher son picnic et
la pause déjeuner est la bienvenue.

Pour la reprise de l’après midi, les discussions entre moniteurs, amènent à autoriser les dépassements, sous condition
et sous le pilotage des moniteurs ou aides-moniteurs afin de permettre par exemple à un élève qui suivait un moniteur
de passer devant sans avoir à passer par les stands ou l’inverse.

l’après midi continue de façon studieuse, quoique un peu plus tranquille, la fatigue et la chaleur commençant à entamer
les organismes des plus assidus. Mais quoiqu’il en soit, pas d’incident de quelque nature que ce soit à déplorer et à 17h
la fin des sessions de roulage encadré est sonnée, une petite session bonus est organisé, après un rapide briefing, car cette
fois, les dépassements sont autorisés dans les lignes droites exclusivement. Tout un chacun faisant preuve de discipline
les plus hardis peuvent lâcher la cavalerie, tout en se faisant plaisir, et ce sans agressivité.

A 17h25 la fin de la journée résonne, un débriefing de la journée clos celle-ci, un grand bravo à tous les participants
que je remercie au passage pour leur félicitations, car comme le dit Arnauld ceux-ci sont notre « salaire » et dans
ce domaine nous avons été bien payé hier :o)

La galerie photo de Christine


A l’année prochaine les amis !

Journée Sécurité Routière chez THALES

Le jeudi 27 avril s’est tenue une journée Sécurité Routière dans l’enceinte de l’entreprise THALÈS à Limours (91).

La Casim78 a participé à l’animation de  2 activités à l’intention des salariés, utilisateurs de 2 roues motorisés, un atelier mania lente et un atelier freinage.

3 moniteurs CAMABC Patrick, Eric et Alain, et un aide moniteur Alain Deneve sont venus encadrer ces ateliers. Arrivés sur place à 10 heures, nous avons eu une heure pour préparer le parking mis à notre disposition, installer le parcours de mania lente et le tester.

A 11h les premiers candidats arrivent, avant de lancer la mania lente,  un rappel de la (bonne) position sur la moto est fait par Patrick

C’est parti pour une découverte à pied du parcours, puis c’est moment de vérité pour les salariés, dont certains n’ont jamais pratiqué ce genre d’exercice, il est donc nécessaire au préalable de leur faire assimiler le point de patinage de l’XJ6, car la plupart, n’ont pas souhaité utiliser leur propre moto. Quelques difficultés au début, assez rapidement gommées par ces élèves appliqués, les progrès notables arrivent assez vite, donnant le sourire et aux élèves, et aux encadrants.

Ensuite le dernier quart d’heure est consacré à des exercices de freinage, après une rapide explication de la bonne technique (4 doigts sur la poignée de frein, bras tendus non verrouillés, regard porté loin devant, usage des 2 freins). Les passages s’enchaînent  avec le débriefing par le moniteur à chaque fois. Petit à petit la confiance s’installe et les performances s’améliorent. Certains sont vraiment enchantés, de la découverte de possibilités qu’ils n’imaginaient même pas.

Une petite anecdote : un jeune salarié vient quand même avec sa propre moto, une vénérable CB500 dans son jus, au sens propre, car sa fourche à une joint spi défectueux, le tube de fourche est bien gras et la fourche bien molle du coup. Mais le jeune est dynamique et il en veut, au 2ème passage il arrive tambour battant et nous gratifie d’un freinage de trappeur, au point que la roue avant bloque sur 2 bons mètres, heureusement il a le réflexe de lâcher le frein avant, avant que l’irréparable ne se produise, mais la chute n’est pas passée loin…On le calme un peu et la suite est plus conforme à nos attentes ^^.

Suite à un problème de communication interne à THALÈS, certains découvrent l’existence de ces ateliers en passant devant, ils viennent se renseigner et nous annoncent qu’ils sont motards, mais n’ont pas leur équipement. Après vérification de leur permis de conduire, nous leur prêtons, casque, blouson et gants, ainsi ils peuvent participer et sont ravis de l’expérience, c’est l’occasion pour nous de présenter la Casim et ses formations, du coup certains vont aller sur le site Web pour s’informer plus complètement et sans doute s’inscrire pour la prochaine saison, voire parler de la Casim à leurs amis.

Vers 15h, la journée est terminée, tous les créneaux prévus ont étés remplis, comme toujours c’est un plaisir de faire partager sa passion et ses connaissances, le responsable de la journée vient à notre rencontre pour nous remercier.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Compte rendu : CPM Initiation aux 1er secours – 10/01/2016

Le dimanche 10 janvier s’est tenu le CPM initiation aux 1er secours au collège Notre Dame à Enghien les Bains.
A notre arrivée sur les lieux à 9h15, la délégation des Redknights nous attend de pied ferme devant la porte du collège.
L’organisation se met en place : Mickael assure l’accueil et le pointage des arrivants, Olivier et Hugues organisent le stationnement dans la cours de récré du collège, sans moteur pour ne pas gêner le voisinage, Arnauld et Patrick se chargent d’installer la salle ou a lieu l’accueil avec le café de bienvenue, ainsi que de l’émargement des participants au CPM, tandis qu’Alain va afficher le titre des ateliers sur les classes dédiées aux exercices sur les thèmes suivants:

Protéger-Alerter-Assister , Les hémorragies, la PLS et le retrait de casque, et le massage cardio-pulmonaire.

 

A 10h, Alain souhaite les traditionnels vœux à l’assemblée, puis passe la parole à Gilles Petiot qui présente rapidement les Redknights et ses collègues présents, puis ceux-ci montent s’installer dans les salles.

IMG_1099_recIMG_1100_rec

 

Pendant ce temps, on explique le déroulement de la journée et  l’on forme les groupes pour chaque atelier.

Petite déception la participation relativement faible à ce CPM pourtant très enrichissant, le bon côté des choses étant la constitution de petits groupes qui de ce fait pratiqueront plus.

IMG_1113_rec

Un moniteur est greffé à chaque groupe, pour gérer le temps et organiser les rotations entre les différents ateliers.

IMG_1108_rec

A 12h30, les estomacs commencent à protester, il est temps de nous diriger vers le centre ville pour la restauration. Nous nous regroupons à la pizzéria San Paolo, qui bien que n’ayant pas eu de réservation préalable (boulette de l’organisateur !–> d’où le CR :o), le gérant trouve le moyen d’accepter plus de 30 personnes au pied levé, merci à lui.
Dommage collatéral, nous sortons de table à 14h30, les activités reprennent, toujours aussi studieusement, les participants très intéressés posant de nombreuses questions.

IMG_1109_rec

Petite anecdote amusante, Emilie est venue avec mari et enfants, et les 2 filles bien qu’ayant amené leur console portable pour tromper l’ennui de la journée, se sont en fait piquées au jeu et ont participé activement aux ateliers tout le long de la journée, en mettant par exemple papa ou maman en PLS avec dextérité en ayant bien suivi les conseils, et il en sera de même pour chaque thème, bien joué les filles !

IMG_1102_rec
Vers 16h45 il est temps de finir la journée, chaque groupe s’attelle à ranger les salles de classes pour les remettre en configuration « école », telles que nous les avions trouvé le matin
Puis nous nous regroupons dans la salle d’accueil pour le débriefing final, les participants ayant semble t’il vraiment apprécié leur journée en très bonne compagnie de professionnel du secours, qui ont délivré leur savoir de façon très professionnelle, mais néanmoins dans une ambiance détendue et conviviale.

 

Remerciements donc :
– Aux Redknights pour leur engagements à nos côté, c’est un vrai plaisir de partager ce type de journée avec eux
– A l’établissement Notre Dame et son chef d’établissement, qui nous accueille pour cette journée et nous met à disposition un site très pratique pour ce CPM (merci Eric président de la Casim60 qui travaille dans cet établissement et joue le rôle de faciliteur dans cette mise à disposition)
– A Tquien pour sa participation et la délicieuse galette qu’il a apporté.

Prochaine échéance :
Dimanche 7 février : CPM Mécanique + Expérience + Pilotes & Commissaires (obligatoire pour participer aux journées pistes de la CASIM)

Journée de perfectionnement circuit à Dreux le 23 août 2015

La journée commence par un Rdv à la station BP de Conflans, où 12 Casimirs se retrouvent pour prendre la route vers Dreux en 2 groupes de 6 motos, qui se suivent à quelques centaines de mètres.

Une heure plus tard, nous retrouvons quelques inscrits déjà arrivés et qui attendent devant la grille du circuit.

A 8h précises, Jonathan vient nous ouvrir les portes et l’organisation de la journée démarre sur les chapeaux de roues…..et sous un déluge, un orage violent nous souhaite la bienvenue à sa manière ! Maxime et Al’1 procèdent au contrôle technique des motos, Arnauld, Olivier C. et Damien vont mettre en place petit déjeuner et moyens audiovisuels, dans le chalet, pendant que Yohann et Cédric (C60) organisent le stockage des motos par groupe de couleur sur l’airplane devant l’entrée de la piste, Alain et Patrick partent sur la piste pour la mise en place des chicanes et le balisage de l’entrée des stands. Hervé quant à lui procède au contrôle des attestations d’assurance dans le chalet, au vu des conditions humides du début de journée.

Vers 8h40 avec Patrick, nous rejoignons la joyeuse troupe, qui achève le petit déjeuner de bienvenue dans le chalet pour débuter le briefing de la journée.

Après le traditionnel salut de bienvenue aux participants des Casim 77, 78, 60 et 21, le briefing commence.

Un moment d’émotion en préambule, lorsque j’évoque sur la proposition d’Olivier, la disparition et la mémoire de Luc Gillibert, l’ami Grosquick92 et son passage remarqué à la Casim de 2010 à 2012, un certain nombre de Casimirs le connaissant, c’était la moindre des choses que de saluer sa mémoire.

Ensuite le programme de la journée est présenté, et Damien enchaîne avec la projection de la vidéo « Pilotes et Commissaires » afin de préciser les règles de fonctionnement et de sécurité des activités sur circuit fermé.

Une mise au point est faite concernant les chicanes de ralentissement mises en place à 2 endroits du circuit, en précisant leur rôle, j’en profite pour annoncer une nouveauté : si une chicane est endommagée par le passage des motos, la session sera immédiatement interrompue au drapeau rouge pour que celle-ci soit reconstruite, au détriment du temps de roulage de la session amputée de précieuses minutes de ce fait. Mon espoir secret étant que cette épée de Damoclès tempère les ardeurs de certains à battre des records de franchissement. A suivre….

Puis le planning de roulage des différents groupes est présenté, et Olivier explique aux futurs commissaires de piste le maniement des nouveaux Talkie Walkies récemment acquis, ainsi que les règles d’identification pour savoir qui parle à qui.

image1

Il est enfin l’heure de passer aux choses sérieuses, le groupe rouge ouvre la première session, le jaune reste en salle pour son briefing pédagogique, tandis que le vert fournit 4 volontaires pour tenir le poste de commissaire de stand et les 3 postes de commissaires de piste.

Une fois tout ce petit monde positionné, la session démarre avec 15 mn de retard sur le planning prévu, la durée est donc raccourcie pour tenter de rattraper un peu de temps sur chaque session et recadre le timing d’ici midi.

Les conditions d’adhérence sont précaires du fait de l’orage précédemment signalé, et au bout de 3 tours Fabrice se fait piéger à l’accélération en sortie de virage, bien qu’il adoptait à ce moment un rythme tranquille, la belle rouge est au tapis avec son pilote, qui se relève heureusement aussitôt sans dommage pour lui, mais la moto est blessée, le bocal de loockeed avant est explosé, provoquant une belle auréole irisée sur la piste hors trajectoire heureusement, un rétro est cassé et le couvre culasse est bien râpé mais sans fuite d’huile.

La  session est immédiatement stoppée, Olivier et Damien portent assistance à Fabrice, d’une part pour ramener la moto aux stands à la poussette et d’autre part sécuriser l’écoulement de loockeed sur la piste par des plots signalant son emplacement.

Une fois ces opérations effectuées (15mn), un petit bout de session est encore possible avant le changement de groupe, et les traditionnelles permutations de commissaires. Mais du coup le planning vient encore de subir un revers.

Ce sera la seule chute de la journée (et c’est très bien comme ça !), il faut dire que cela a refroidi les ardeurs des autres participants, les sessions suivantes s’enchaînent sans autre problème majeur sauf pour Mickael, qui voit son sélecteur lui faire des caprices, il tourne autour de son axe, et lui prétend que ça le gêne pour passer les vitesses, non mais qu’est ce qu’il ne faut pas entendre….

Bon j’admets que c’est moins pratique, Al’1 prends le problème en main pour une réparation de fortune avec brio et efficacité, une recette à base de clous…, mais Mickaël ne veut plus rouler avec sa moto, pour se donner une chance de rentrer avec.

Du coup il demande à Yohann de pouvoir faire ses sessions de roulages suivantes avec la Casimoto, et de même Fabrice pourra aussi en bénéficier, puisqu’ils sont tous les trois dans un groupe différent, (c’est bien organisé hein ?) résultat la Casimoto aura fait 180 kms sur le circuit pour la journée d’hier, record battu.

12h : l’heure des braves, les estomacs réclament, et comble du raffinement de la part de l’organisateur (hein ? oui, oui, les chevilles ça va..… 😮) il allume un franc et chaud soleil qui permet le picnic extérieur dans l’herbe comme promis, ce n’est pas beau ça ? Les réfractaires à l’herbe, partent chez un gastronomique américain du quartier pour se sustenter.

La piste à séché pendant le repas, et cerise sur le gâteau, après négociation avec le représentant du circuit, nous avons le feu vert pour reprendre le roulage à 13h30

Piste sèche = moral en hausse et cela se sent immédiatement lors de la reprise du groupe rouge, qui adopte d’entrée de jeu, un rythme musclé avec une saine émulation de la part des plus « chauds », qui amène à des dépassement un peu osés (ils avaient une dérogation puisque étant les plus expérimentés), toutefois je juge que les choses sont un peu en train de m’échapper, donc la session est interrompue au drapeau rouge, pour un petit recadrage cordial mais ferme, ce n’est pas l’heure de la session libre de fin de journée !

 

Donc pas de dépassement ! Une fois les choses expliquées, le calme revient, sans pour autant pénaliser le rythme qui est nettement plus dynamique que le matin sur piste mouillée.

Le reste de l’après midi se déroule conformément au programme, un certain nombre de Casimirs, profite des conseils personnalisés de moniteurs disponibles, et les binômes alternent roulage et débrief dans les stands entre chaque exercice.

image5

Toutefois après la tolérance du matin concernant les chicanes pour cause de planning raccourci, ayant la possibilité de rouler un peu grâce à mes camarades moniteurs qui me relayent (merci à eux), je rencontre une première chicane éclatée, et la sanction tombe : arrêt de session au drapeau rouge le temps de remettre en place la chicane, cela se reproduira 4 ou 5 fois dans l’après midi, mon pari est perdu, pas assez dissuasif apparemment….

Vers 16h35, la dernière session programmée s’achève, et un rapide sondage, permet de recruter les plus aguerris et qui ceux ne sont pas trop fatigués pour la traditionnelle session de roulage libre, avec des règles de dépassement encadrées. Et tout se passe bien, chacun faisant preuve de responsabilité dans ses tours de circuit et ses dépassements.

image3

Il est a noter que Yohann, nous fait un festival impressionnant de maîtrise avec la Casimoto au détriment de la longueur des tétons de cale-pieds , on a encore tous une belle marge de progression, c’est ballot il va falloir que l’on retourne rouler à Dreux….

image4

A 17h15, le silence s’installe sur le circuit, on se réunit dans le chalet pour un dernier débriefing, merci à tous les participants de cette belle journée, qui a commencé sous l’orage mais c’est achevée avec un beau soleil et des visages fatigués, mais souriants. A une prochaine les amis !

Ps : mais qu’est devenue la BMW blessée ? Grâce à Damien de la Casim21, qui est venu rouler avec nous, et qui a eu la bonne idée d’acheminer sa moto en camionnette et du coup il propose gentiment de rapatrier la moto de Fabrice aux portes de Paris, pour qu’il puisse rentrer chez lui au ralenti mais sur ses roues, son frein arrière fonctionnant encore, ils sont quand même sympas ces Casimirs.