Compte Rendu: CAMABC Ile de France 2021

Un de nos valeureux candidat au CAMABC cette saison nous raconte comment il a vécu cette journée d’examen.

Levé à l’aube pour aller chercher la casimoto et me rendre ensuite sur le site de Gennevilliers pour passer les épreuves du CAMABC.
Eh oui cela fait 3 ans que je suis à la CASIM. J’ai la même sensation qu’il y a 3 ans quand je me rendais à mon premier CPM rentrée de la CASIM 77.
La casimoto enfourché, j’ai la sensation d’être un crapaud dessus, mes jambes sont pliées.
Je suis le K1600 de Thomas qui a eu la gentillesse de remplacer l’embrayage, on file à travers Paris, le périphérique et la A86 en direction du plateau de la CASIM 78 qui se trouve sur le centre d’examen moto de Genneviliers.
Ca y est nous arrivons sur le site, nous y sommes, je vois le drapeau de CASIM 78, les motos, les stagiaires, les candidats et les moniteurs.
Tout le monde est arrivé, un petit tour pour saluer tout le monde avec le masque tout en Respectant les gestes barrières.
Sur certains visages on devine les sourires sur d’autres on sent le stress.
Je comprends que les stagiaires sont aussi stressés que les candidats.

Pascal le président du jury et de CASIM 78 distribue le planning et présente le déroulé de la journée.
En consultant le planning, je suis attristé car je vois que la ligne concernant le candidat 2 est rayé. Malheureusement mon ami PLUX ne pourra pas participer au CAMABC cette année, le destin en a voulu autrement.
10h, c’est le début des épreuves, Cécile est sur le piste et passe l’épreuve de pédagogie pratique tandis que Lilian est en salle pour dispenser un cours.
Antoine et moi commençons à 11h, on décide de se dégourdir les jambes en prenant la direction de la piste où aura lieu l’épreuve de maitrise personnelle. Nous observons un des jury monter les parcours numéro 2.
Eh oui c’est le parcours numéro 2 qui a été tiré au sort par l’un des stagiaires.


Sur la piste d’à côté, on voit Cécile dispenser son cours et poser ses cônes, j’en déduis que c’est un cours sur le freinage. A travers la baie vitrée, on voit le jury et les trois stagiaires suivrent le cours de Lilian, ils sont captivés.
Il est 10h45, ça va être à nous. Antoine se concentre en se dirigeant vers la salle de cours, je le sens
tendu mais serein.
Quant à moi, j’essaye de me vider la tête et d’évacuer le stress en m’équipant.
Cela doit se voir car on me rappelle qu’il faut respirer, effectivement cela peut être utile .

Quelques allers-retours avec la casimoto, sur la piste qui se trouve à côté du parcours afin de chauffer les pneus de la moto.
11h, les deux premiers candidats ont terminés leur première épreuve et les deux suivants vont commencer les leurs. Le plateau pour la maitrise personnelle est en place, les moniteurs et stagiaires inoccupés sont
présents et scrute le plateau. Ils encouragent les candidats en l’occurence Lilian et moi, l’ambiance est bonne enfant et
bienveillante. Lilian fait un sans faute sur la maitrise personnelle quant à moi je fais tomber des cônes et déplace
des piquets. L’épreuve de maitrise personnelle est terminée, je n’ai pas pu prendre de point d’avance .
Ce sont pourtant des exercices que je sais faire !

Est-ce le stress ou l’excès de confiance qui me fait perdre mes moyens ?
Bref il faut se vider la tête, positiver et avancer.
Les moniteurs et les stagiaires sont bienveillants, il y a une très bonne ambiance même si le stress
domine. D’ailleurs je ne vois pas passer la pause avant l’épreuve suivante, c’est déjà l’heure du QCM.


C’est l’heure de la pause déjeuner, certains sortent leur pique-nique d’autres optent pour un click &
Collect dont la livraison est réalisée par un Uber Eat Casimir. On plaisante, on sourit un peu partout sur le site l’ambiance se détend les candidats et les cobayes sont plus à l’aise.
On sent plus les rayons du soleil, ça chauffe, ça cogne je dirai même. J’en suis même à envier le beau chapeau bleu d’un candidat. La pause a permis de détendre les esprits, on est plus détendu et le stress s’est quasi envolé.
C’est l’ambiance CASIM qui veut cela, on apprend dans la bienveillance et la bonne humeur et on passe les examens dans une ambiance conviviale.


C’est reparti pour la suite des épreuves pédagogie pratique et théorique, ça sera Virage et Mécanique pour moi.
Pour la partie virage cela s’annonce compliqué car la route est très sale, il y a beaucoup de cailloux et de sable, ce sont les conséquences de la grosse pluie de la veille. En expliquant au stagiaire que le cours virage sera adapté à l’état de la route celui-ci est rassuré et se détend à son tour.
16h30, c’est La fin des épreuves et le jury va délibérer.
Pendant ce temps-là, candidats, stagiaires et moniteurs se rendent sur la piste pour enseigner le dernier cours de la journée de maniabilité aux stagiaires. On espère que cette journée aura donné envie aux stagiaires de s’inscrire aux CASIM et de suivre les CPM.
Le jury a terminé de délibérer et le président nous rassemble pour nous annoncer les résultats mais avant tout il remercie les bénévoles, les moniteurs et stagiaires car sans eux cette journée n’aurait pas eu lieu.
Pascal le président de la C78 est un orateur captivant qui sait maintenir le suspense et faire monter
pression. Apres quelques longues minutes, il finit par annoncer qu’il y a au moins un candidat de reçu à
l’épreuve. Il appelle le major de promotion qui est Lilian et ensuite Antoine.
Le naturel revenant au galop, Pascal nous laisse penser que Cécile et moi avons peut être échouer à
l’épreuve. Finalement il appelle Cécile pour lui remettre son diplôme.
C’est à mon tour d’être appelé après avoir été torturé quelques secondes dans le bon sens du terme
par Pascal.
C’est une belle journée pour les CASIM de l’ile de France, il y a 4 nouveaux moniteurs .

Merci à tous ceux qui ont rendu cette journée possible:

  • les bénévoles pour l’organisation
  • les cobayes d’avoir joué le jeu
  • les moniteurs des 3 Casim d’Ile de France qui ont assuré le rôle de Jury
  • les candidats qui ont bossé pour obtenir ce diplôme
  • la préfecture du 92
  • et Check pour avoir rédigé ce CR.

Visa pour la Vie 2021 du dimanche 21/06/2021

Ce dimanche se tiendra les visas pour la vie 2021.


Les adhérents qui ont fait au moins 50% des CPM ont reçu une invitation par email.
Le rendez vous du matin est devant le magasin Dafy Moto de Saint Brice sous Foret (95).
On finira la journée sur la piste de Gennevilliers.
Possibilité l’aller déjeuneur dans les fast food ou de ramener votre pique nique si vous le souhaitez.
Pensez à prendre un stylo avec vous.

Compte rendu du CPM Virages et Maniabilité du 6 juin

Le déconfinement, acte III – CPM Maniabilité et virages sur routes

Après des mois de confinement obligé, durant lesquelles nos chères machines sont restées à l’arrêt – enfin pour certaines ! – la CASIM 78 a décidé de mettre les bouchées doubles en enquillant les activités pour rattraper le temps perdu…

Et Dieu sait que c’était nécessaire, car si les arbres à cames ont peu bougé pendant la crise sanitaire, les rotules et les muscles sont eux aussi restés bien inactifs – enfin, pour certains ! – et méritaient un bon dégripage aussi !

Après la super virée du mois de mai qui nous avait rappelé que les vaches et les chèvres de nos chères régions ne font pas leurs besoins seulement dans leurs prés, mais aussi et surtout sur les petites routes adorées des motards ! Après le retour au plateau de Gennevilliers, pour se rendre compte que se mettre en Amazone sur la bécane était devenu carrèment sportif avec les nouveaux kilos engrangés depuis mars 2020 ! Nous voici à nouveau sollicités pour un CPM Maniabilité et virages sur route : fini de glander, la CASIM78 est de nouveau à donf, d’autant plus que les exams des visas approchent et qu’il est temps de se rappeler les bonnes pratiques !

C’est donc par une magnifique journée ensoleillée et déjà chaude dès le matin, que nous nous retrouvons sur le site de l’aérodrome de Cergy-Pontoise.

Les avions traversent la piste, comme dans les îles !

Comme d’autres camarades, inquiet de risquer de pécho le CR en arrivant en retard, je me mis en route suffisamment tôt pour rejoindre le site, d’autant que ce dernier ne possédant pas de point de repère – nom de rue, etc. – on pouvait se douter qu’il y avait un piège… Les GPS avaient tous bien noté l’aérodrome, mais où, dans l’aérodrome, devions-nous rejoindre la merveilleuse team des magnifiques casimirs ?…

Était-ce du côté des bâtiments des clubs de vols ? Niet… Alors de l’autre côté de l’aérodrome ? re-niet… Alors de l’autre côté de l’entrée ? Toujours niet… Pendant de longues minutes, l’angoisse montait voyant la montre se rapprocher de l’heure fatidique… Fort heureusement, vu le nombre de motos qui tournaient et retournaient, il y avait encore une chance d’éviter d’être le dernier !

Pris de pitié, les gentils organisateurs décidèrent d’envoyer Vincent faire la moto-balai pour nous récupérer, et nous découvrîmes le petit portail à peine ouvert, recouvert d’orties et caché par les mauvaises herbes, qui masquait le site de nos exercices du jour : une vieille piste désaffectée, utilisée désormais pour torturer les apprentis motards avec moult cônes et autres instruments de plateau !

Avec l’arrivée du dernier d’entre-nous – Idris  –  et l’octroi immédiat du CR, la journée pouvait commencer !

L’alignement impeccable !

Grâce à la présence de nombreux moniteurs – merci à eux pour leur dévouement ! – deux groupes étaient rapidement constitués. La journée allait donc se structurer en une partie virages sur route, puis la maniabilité.

Les chefs imaginent les prochaines tortures : « Ok, on les fait mettre en debout en Y, et ils doivent passer sous l’avion qui atterrit sans taper le train d’atterrissage et après ils reviennent faire un 8, vous en pensez quoi ? »

Nous démarrâmes avec Pascal, Olivier, Bertrand et Jean sur les virages sur route. Un petit parcours avait été dessiné autour du pittoresque village de Génicourt (qui n’apparaît dans aucun guide, j’ai vérifié !) peuplé de bipèdes dont, malheureusement, nous n’avions pas eu le temps de tester la résistance aux décibels des Akrapovic ; il fut donc décidé de rouler doucement et dans le plus grand calme, afin de préserver l’intimité dominicale de ces peuplades autochtones.

L’activité commença par une révision de la technique des virages. Pascal nous demanda de décrire les 4 phases d’une prise de virage. Je tentais une boutade en proposant comme première phase la Découverte, et me récupérait le CR illico presto, oubliant ainsi le premier adage de la bible de la CASIM : « Avec la sécurité, point ne déconnera, et blague débile évitera, sinon CR dans ta face »

Bon allez, au boulot !

Dans la suite de la journée, je tenterai par tous les moyens – y compris les plus mesquins, manipulatoires et illégaux – de faire refiler le boulot, sans parvenir à mes fins. Ce qui me permis de vérifier le 2e adage de la CASIM : « Président et moniteurs, incorruptibles sont, mais ils acceptent quand mêmes tes dons » !

L’activité « virages sur route » se déroula sans encombre pour le groupe, scindé en sous-groupes de 2-3 motards. Nous rejoignîmes alors la piste pour le déjeuner, pris sous un soleil de plomb, et l’activité suivante : maniabilité avec Jean et Olivier.

C’est pour quand, les déjeuners en terrasse, sous un parasol, servi par des vahinés ?!?
« Prend ça, glandu ! »

Le CPM de la reprise du 30 mai nous avait bien préparé, et ces exercices de maniabilité se sont globalement passés avec succès, montrant ainsi l’intérêt de la pratique avec la CASIM. Personnellement, après avoir subi un accident face à un conducteur au téléphone, j’étais sur le point d’arrêter la moto, et c’est grâce à la CASIM que je suis remonté en selle, pour me sentir désormais de plus en plus à l’aise, et même commencer à reprendre du plaisir. Cette reprise des activités post-confinement est donc plus qu’appréciable.

Le regard, les genoux, l’accélération, l’embrayage… Rien n’échappe au regard perçant du moniteur !

Il y aurait beaucoup à écrire sur cette journée : le plaisir de retrouver les copains, les conseils échangés, les anecdotes, tout ce qui fait l’intérêt et le plaisir de la CASIM.

Mais c’est mon premier CR, alors il ne faut pas qu’il soit parfait ! Et surtout… je suis crevé et n’aspire qu’à visionner le replay du GP de Catalogne

Merci à Jean Christian pour ce superbe CR, on peut lui dire maintenant, on l’avait attribué à une autre victime l’après midi mais on a oublié de le prévenir. Cela aurait été dommage de ne pas profiter de sa prose.

Merci aux encadrants et aux adhérents pour cette superbe journée journée ensoleillée et pleine de bonne humeur.

E-CPM: E-CPM Virages sur route

CPM Virages sur route

Si tout va bien, on vous propose le dernier CPM virtuel de la saison, on espère qu’on pourra reprendre les CPM en présentiel très rapidement.
Pour ce dernier CPM, on vous propose un thème parfait pour préparer le weekend de la CASIM 78 mi mai (pensez à vous inscrire si vous voulez venir, les places partent très vite):
Les virages sur route
Il est composé de 3 étapes:- un cours théorique en ligne avec des vidéos explicatives- un quizz de validation de connaissance en ligne- une visio conférence ce dimanche 2 mai de 10h00 à 12h30 pour en discuter ensemble.

Weekend 2021: Lancement des inscriptions

Suite aux dernières annonces du gouvernement, nous lançons les pré-inscriptions au weekend 2021 de la CASIM 78 en direction de la Vienne, la Dordogne et le Limousin.

Le nombre de participants est limité à 40 personnes. Il n’y aura pas de demande d’acompte cette année, nous vous demanderons le règlement complet du coût de l’hébergement lorsque nous serons certains que nous pourrons prendre la route et que la partie restauration de notre structure d’accueil sera ouverte (ou qu’une autre solution pourra être trouvée, auquel cas nous confirmerons au dernier moment le montant exact à régler).

Toutes les infos sont précisés dans le formulaire envoyé par email aux adhérents, si vous ne le trouvez pas dans votre boite mail, contactez nous pour qu’on vous le renvoi.

Le site qui nous accueille pour ce weekend