Compte rendu: CPM sensibilisation aux premiers secours du 09/01/2022

Vous trouverez ci dessous le compte rendu de la journée du 09 janvier sur la sensibilisation au gestes de premier secours telle que la vécu Alexandre:

Dimanche 09/01/2022, 7 heures du matin, tout va bien, la journée s’annonce bonne, direction Gennevilliers, après quelques préparatifs, pour le CPM de sensibilisation aux premiers secours.

Arrivée sur place juste avant 09h00 je ne suis pas le dernier, tout va bien, je ne me colle pas le C.R..

Content de revoir les copains et copines de la moto, on se dit bonjour, se souhaite la bonne année, tout va bien on va pouvoir attaquer.

Je rejoins mon groupe pour la sensibilisation, donc nous sommes six adhérents pour trois moniteurs, tout va bien.

Petit rappel du cadre légal par Gaël, on a le droit de faire des bêtises en intervenant mais pas de ne pas intervenir. Ce serait un délit de non assistance à personne en danger.

Puis début de la sensibilisation à proprement parlé. P.A.S. ou Protéger Alerter Secourir, dans cet ordre.

Protéger, c’est à dire en arrivant sur les lieux on se gare plus loin si on est sur la route ou on prend quelques secondes de réflexion si on est ailleurs pour analyser la situation. Y a-t-il un danger qui nous menace ou nous empêcherait d’intervenir? Il faut a tout pris éviter le sur-accident.

D’abord se protéger soi pour protéger les autres. Si nécessaire et possible, évacuer la victime, en la tirant par les poignets ou les pieds, sans forcer sur le dos mais avec la puissance des jambes. Si nécessaire et possible on peux essayer de déplacer la victime en la soulevant. Une fois tout danger neutralisé, il faut faire un bilan du ou des blessés pour pouvoir alerter les secours.

Alerter, c’est à dire appeler le 15 (SAMU) si c’est pour un acte médical, le 18 (Pompiers) si c’est un acte nécessitant du matériel, le 112 si on est à l’étranger, ou le 17 (Police-Gendarmerie) si nécessaire. Durant l’appel, je dois donner mon nom et mon numéro de téléphone, le lieu exacte de l’accident, donner le bilan dressé précédemment et surtout ne pas raccrocher avant que l’on me le demande.

Puis est arrivé l’heure de la pause déjeuner, notre groupe part au Mac Do du côté de l’A86, après une légère restauration nous reprenons à 14 heures avec Thierry intervenant venu nous sensibilisé aux gestes de premiers secours.

On débute par une sensibilisation sur les saignements, donc points de compression ( ne pas oublier de mettre un doigt pour vérifier le bandage ) et éventuellement garrots en dernier recours si il n’y a pas d’autre choix ( ne pas oublier de noter l’heure ). Si la victime est consciente lui parler pour la rassurer et la calmer.

Si la victime est inconsciente, essayer de la mettre en P.L.S., Position Latérale de Sécurité. Pour cette technique, surtout vérifier que la tête, le tronc et les jambes sont alignés. Replier la main opposée au côté où elle va rouler sous la tête, pour protéger la tête et en même temps replier la jambe du même côté. Le but est de faire rouler la victime sur elle même tout en conservant l’alignement des membres, le tout en douceur évidemment pour éviter de blesser encore plus la victime.

Si la victime ne respire plus il faut entamer une procédure de massage cardiaque. Pour cela vérifier si un défibrillateur se trouve à proximité, sinon commencer le massage. Si défibrillateur il y a, le mettre en fonction et se laisser guider durant l’utilisation et commencer le massage cardiaque. Si pas de défibrillateur commencer le massage cardiaque. Attention, les bras doivent êtres tendus pour que ce soit le buste qui fasse l’effort. Les mains doivent être jointes sur la poitrine entre les tétons. Le rythme est entre 100 et 120 compressions par minute, on peux s’aider en suivant le rythme de Staying Alive des Bee Gees.

Et là ce fut le drame, en voulant intervenir, notre cher président m’a désigné pour le CR, avec une mauvaise foi presque aussi importante que mon melon est énorme (en toute humilité). Je ne savais pas comment m’en sortir, devais-je défier en duel notre président bien aimé comme un jeune Padawan défierai un maître Jedi? Mes chances étaient trop faibles, Pascal étant notre président pour certaines raisons que je ne peux communiquer, j’ai donc dû capituler….

Suite à cela Thierry nous a montré des gestes pour intervenir en cas d’étouffement, il m’a choisi pour la démonstration, pour montrer sur un grand gabarit soit disant. Je pense qu’il a du me voir nu ou qu’il sait que je joue 2ème ligne au rugby avec le club d’Eragny ( mes fiers copains des Lents Beaux, invaincus cette saison, malgré un match nul contre Conflans).

Puis suite à cela la journée s’est terminée, nous nous sommes dit au revoir, avant de repartir pour rentrer chez nous.

Un grand merci à Thierry qui est venu nous sensibiliser en prenant sur son temps personnel tout comme nos moniteurs que je remercie aussi.

Un grand merci à mon président bien aimé et respecté, Pascal, qui m’a donné ce CR qui me permet de coucher, sur papier, ce que j’ai appris durant cette journée. Cela m’apprends aussi qu’il faut que je travaille encore plus ma mauvaise foi pour éviter d’autres CR.

Bisous les copains

Merci à Alexandre pour ton CR que j’ai légèrement édulcoré, merci à Nadège pour les photos, merci à Thierry d’avoir sacrifié son dimanche pour nous partager ses connaissances de secouristes et merci à l’ensemble des encadrants et stagiaire pour la bonne humeur et le sérieux tout au long de la journée.

Semaine de balade avec les moniteurs de la CASIM 78

On vous propose de découvrir en première live la nouvelle vidéo de la CASIM 78.

Ce coup ci, ce n’est pas un Moto Tuto, on vous propose une balade en Espagne sur route et dans les chemins avec quelques moniteurs de la Casim 78, on vous attend nombreux ce mercredi en ligne.

En espérant que cela vous plaise et que cela ramène un peu de soleil et de chaleur en ce début de saison froide.

Compte Rendu: Balade du 7 novembre 2021

Ce dimanche à eu lieu une balade de la CASIM 78, un rapide CR proposé ci dessous par Luc:

Le dimanche 7 novembre le réveil sonne à 7h00 avec un belle balade en perspective.

Le rendez-vous est à 9h00 au LIDL d’Arpajon.

Arnauld et sa food-moto nous apportent le café.

Les groupes se forment en fonction du niveau.

J’ai choisi le groupe le plus tranquille pour mon rodage.
9h30 Départ de notre groupe de 5 casimirs + 2 casi-moniteurs

Au bout de 15 km tout notre groupe a droit à un contrôle alcoolémie.

La matinée se poursuit à travers bois et champs.

Le midi, petite halte au casi-macdo de Nemours.

Et c’est reparti pour une promenade.

J’ai été faire un tour à coté de la route, là ou il y a des trous avec de la terre, et le RT c’est pas un GS

Ceci dit, ce qui m’a sauvé c’est d’avoir appliqué l’enseignement des casi-moniteurs, à savoir regarder au loin et non sa roue avant sous peine de partir au tas et nous voilà revenus au point de départ vers 16h30, après 260 km

Merci à Jean pour le road-book.

Merci à Cécile pour sa patience (même si elle parle beaucoup)

Merci à Luc pour ton retour sur cette journée, merci aux encadrants d’avoir géré cette journée et bravo à l’ensemble des adhérents d’avoir bravé la fraicheur de cette journée.

Compte Rendu: CPM Virages & Maniabilité du 24 octobre 2021

Ci dessous la journée CASIM du 24 octobre vécu par Stéphane:

Pour ma deuxième journée CASIM je suis très motivé  car j’ai déjà beaucoup profité de la première qui était celle de l’accueil et ou l’on a en fait assez peu roulé donc j’en attend beaucoup n’ayant jamais fait de maniabilité. Faut savoir que j’ai passé mon permis en Belgique il y a 20 ans ou le plateau se limitait à savoir embrayer accélérer freiner et slalomer. La plupart des cours se déroulaient en circulation. 

La météo promet d’être radieuse mais pourtant au fur et à mesure que j’approche des Essarts le Roi la température baisse de plus en plus jusqu’à fleurter avec les 5 degrés. 

Arrivé  sur place l’ambiance est déjà au top et je retrouve mes copains de la première journée. 

Mise en jambe avec une petite séances d’échauffement articulaire et musculaire qui ne fut pas inutile malgré sa simplicité. 

C’est parti avec la partie maniabilité pour les nuls ( pour le nul pardon ). Position de la tête et du regard sont le leitmotiv des moniteurs secondés par « jouer de l’embrayage et du gaz ». Ça tombe mal j’ai une Honda DCT embrayage automatique. Mais en passant d’exercice en exercice je fini par commencer à mieux maîtriser le regard et surtout à prendre un peu de vitesse et de confiance. 
L’exercice du 8 est je pense le plus intéressant car il mélange en continu virage à gauche et virage à droite et impose un changement de position sur la moto très rapide lors du croisement.
Même pas tombé !! 

Reste plus qu’à trouvé un coin tranquille pour bosser ça tout seul. 

Déjeuner classique chez l’écossais de Californie puis retour au terrain pour le CPM Virage. 

Ce fut l’occasion de (re)découvrir cette partie de la vallée de Chevreuse qui présente à première vue peu d’intérêt car les virages sont fermés et aveugles, à l’ombre, gras et embouteillés. Impossible de prendre un peu de vitesse pour « trajecter ». Il m’a fallu quelques aller-retour pour comprendre que en fait c’est justement dans ce genre virage que l’intérêt de pratiquer la trajectoire de sécurité est le plus profitable. Sans cette précaution qui consiste à attendre le plus tard possible en ligne droite à l’extérieur de virage pour visualiser le plus possible la sortie ou la fin du virage nous aurions pu être surpris par deux usagers deux roues qui prenaient beaucoup de place sur la route ( normal à deux ils prenaient autant de place qu’un semi) 

Fin de journée très agréable retour au terrain sous le soleil. 

En conclusion une très belle journée encore très instructive. 

Merci à tout les bénévoles qui rendent ce genre de journée possible. 

Merci à Stéphane pour avoir rédigé ce CR, merci à tous les encadrants qui se sont rendu dispo pour cette journée (clin d’œil à Patoche qui est venu nous voir et nous a aider à l’encadrement de ce CPM), merci et bravo à l’ensemble des stagiaires.

Compte rendu: Journée Freinage et Maniabilité du 10 oct. 2021

Ci dessous le CR de cette journée telle que la vécu Steve:

Deuxième journée organisé par la CASIM en ce dimanche 10 octobre. Ca faisait longtemps, que je n’avais pas vu la CASIM, vu que perso, j’avais manqué la journée de reprise. Malheureusement, malgré un bon réveil, et un temps de route correct, tout est parti en vrille une fois à Gennevilliers. Impossible de retrouver l’endroit, la faute à un truc bizarre dans les mails….
Bref, j’arrive en retard avec un autre acolyte, ce qui me vaudra de faire le CR en ce moment même.
J’ai joué et j’ai perdu, snif…

La journée démarre avec l’atelier freinage. Ha oui, pour ceux qui étaient à l’heure, il y a eu la gym du matin et surement un petit dej… Donc je reprend, l’atelier freinage. Je l’avais déjà fait l’an dernier, mais c’est toujours bien de revoir. C’est en forgeant qu’on devient forgeron, et bien là, je pourrais dire que c’est en freinant… Qu’on devient bon freineur.


Les exercices servent a appréhender les deux freins de sa machine. On se rend vite compte que le frein arrière est plus ou moins un ralentisseur et que le frein avant est le frein principal.
En combinant les deux, on obtient un freinage digne de ce nom. Il convient d’y ajouter la posture, le regard, toujours droit devant soi, et tout se passe bien.
Ensuite les ateliers de poursuite sont également toujours un bon moyen de se rendre que le temps de réaction peut être long et donc « fatal » lorsque l’on dépasse celui que l’on est sensé suivre. Il faut toujours essayer d’être vigilant et d’avoir une vision périphérique.


A la fin de ces ateliers, la pause déjeuner tombe à pic. Après un burger king et un quelques fou rires à table, retour sur le site pour la partie maniabilité.


Le soleil était au rendez-vous et c’est par un bel après midi qu’on reprend place sur la piste.
Je passe l’atelier équilibre de la machine. Mais rapidement pour les curieux, cela démontre qu’une fois le point d’équilibre trouvé, il est possible de tenir une moto à deux doigts. Il y a toujours une certaine appréhension (zut, si je l’a fait tomber) mais c’est bluffant quand on y arrive. Et donc à partir de là, on peut faire le tour de son véhicule.


Ensuite, est venu la course de lenteur. Là s’était cool. Contrairement à l’an dernier, tout le monde a pu s’affronter. Ce n’était pas par petites groupes, ce qui ajoute une dose de fun. On a toujours envie de mettre la pâté au copain d’à côté… Bon pas de bol, je suis sorti parmi les premiers. C’est un acolyte en BMW GS qui a gagné… Elle est truquée cette moto, je vous le dit moi.


Après ça, exercice de parking de moto. Là… ben va falloir qu’on bosse encore un peu. Après une démo des moniteurs, s’était notre tour. Mais mon acolyte retardataire du matin n’a pas bien gérer « bouh !!! » oui je balance. Donc on a recommencer, mais s’était mieux. Et on fera encore mieux la prochaine fois en terme de temps et de gestion de l’espace.


Ensuite le Caroussel. S’était le truc qui m’avait vraiment fait peur l’an dernier. Mais là, j’étais beaucoup, mais beaucoup plus serein. Je savais que je l’avais réussi donc No Stress.

Et cette fois-ci, j’ai pu faire toute les figures, à l’exception de celle où il faut s’asseoir sur le réservoir… Mais bon je suis sur un custom. Quelle idée de rouler en custom on pourrait dire… Je réfléchis encore.


Et pour finir les parcours de cônes que j’attendais avec impatience, histoire de voir si j’avais progressé…. Ben va falloir encore bosser. Pour ça que je me dit des fois, c’est toujours bien de revoir les bases. OK on fera pas du cônes dans la rue, mais se dire que tu gères ta moto dans des situations où tu dois te faufiler (interfile, interfile…) c’est très rassurant. Je vois ces cones comme un defi et je retenterai ma chance encore la prochaine fois.

Voilà, la journée touche à sa fin et il est temps de se rentrer. Bisous sur le casque comme dirais un célèbre journaliste et a bientôt la CASIM. Gaaaz direction Home sweet home.

Merci à Steve pour son CR, à l’ensemble des encadrants présents pour l’animation des ateliers et l’ensemble des participants de la CASIM pour votre sourire et bonne humeur.