Compte rendu: Journée CAMABC 2024, examen des moniteurs de la CASIM

Ci dessous le compte rendu de la journée telle que vécu par Nicolas, nouveau moniteur de la CASIM:

Aujourd’hui 28 avril, c’était la journée CAMABC, mais si, tu sais, le Certificat d’Aptitude de Moniteur-Animateur Bénévole de la CASIM, la Chaîne d’Amitié pour la Sécurité et l’Information des Motards. C’est la 78 qui accueille l’épreuve cette année. 28 personnes sont présentes pour… 4 candidats, dont 2 de la 78 et 2 de la 77. 4 Cobayes, 3 jurys de 3 jurés chaque… dont un de 4, de l’orga, de l’intendance, des soutiens psychologiques, des têtes connues qu’on ne voit pas forcément souvent et pas de pluie. On est choyés !

Accueil gâteaux-café. Hum… c’est le seul bémol de la journée : les gars, les paquets de café rouges, c’est du Robusta, ce n’est pas fait pour être bu. Paquets noirs, ou marqués Arabica.
Merci.

4 épreuves de 25 minutes… dont 1 de 30 nous attendent : maîtrise personnelle de la moto, sans moteur, à allure lente et à allure rapide, un QCM qui porte sur la formation des Visas pour la vie niveaux 1 et 2, et 2 épreuves pédagogiques, l’une théorique, l’autre pratique. En fait, c’est pour ça qu’on est tous là : dans la notion d’Information, il y a l’aspect transmission, et donc les épreuves pédagogiques sont au cœur de la journée.

Et d’ailleurs, si j’ai un truc à transmettre aux futurs candidat·es : détendez-vous, car ce sont les cobayes qui sont au final les plus stressées (c’étaient toutes des cobailles, eh oui), surtout sur l’épreuve pratique. Je ne m’y attendais pas, mais comme le stress nuit à la conduite, cela invite à être dans une qualité d’accueil et de sérénité que notre propre stress n’aide pas à aborder. Donc, futurs candidats au CAMABC : respirez, chantez, parlez, souriez, et détendez- vous. Bienveillance reste le maître-mot à la Casim, et ça commence par être bienveillant avec soi-même.

Pause déj. Chouette buffet avec plein de bonnes petites salades, des desserts, des bonbons,
du café rouge. Hum…

Et rebelote l’après-midi pour les dernières épreuves, les corrections et la remise des diplômes. 4 candidats, 4 nouveaux moniteurs-animateurs. On a tous été reçus. Champagne (ou presque. Enfin, y avait des trucs à boire avec des bulles) ! Le chemin qui consiste à accompagner les Casimirs ne fait que commencer, car vous connaissez le principe de Peter ?

Quand on accède à l’échelon supérieur, on est à son max d’incompétence pour ce poste. On a donc tout à apprendre. La moto est une magnifique aventure et c’est la passion que toutes et tous nous partagions aujourd’hui. Merci à Perreaux, Daimler, Landru (oui, il y a une motocyclette Landru), et aux autres géniaux inventeurs de ces fabuleuses machines, sans qui nous ne nous serions pas rencontrés.

Nicolas, tout jeune moniteur de la CASIM

Le Spam, les adresses @free.fr et les courriels de la Casim 78

Chat allongé sur des papiers déchirés
« Quoi, un courriel? non, t’as rien reçu! »

Bonjour à toutes et à tous, nous menons actuellement des actions pour que les mails d’invitation aux CPM, e-CPM, balades et week-ends touristiques parviennent bien à destination dans votre boîte de réception.

Il s’agit notamment de réglages permettant l’authentification des mails envoyés avec notre adresse Casim78.fr au niveau du nom de domaine (avec des noms barbares comme DKIM, SPF et DMARC), lesquels devraient normalement résoudre les rejets de la part des serveurs de courriel notamment pour les adresses Free.fr et Laposte.net ainsi que le classement en tant que spam de nos envois via les listes de diffusion.

Les résultat de l’envoi de nos prochaines communications sera vérifié pour confirmer que la mise en application de ces changements a porté ses fruits.

Nous vous invitons à surveiller toutefois les publications sur le site et notre page Facebook, à l’approche des dates de nos manifestations (calendrier) et nous contacter si vous ne recevez pas nos courriels.

La commission Communication

C’est parti pour les inscriptions au weekend CASIM 78 2024

On vient de lancer les inscriptions pour le weekend CASIM de cette année: FOREZ 2024.

L’ensemble des adhérents ont reçu le formulaire d’inscription par email, le nombre de places est limités, donc ne tardez pas.

Exceptionnellement cette année, le weekend est sur 5 jours dont 3 jours de motos sur place avec des road books moto, des road books touristique et une journée d’initiation au tout chemin pour les possesseur de trails.

On vous attend nombreux pour ce weekend qui s’annonce mémorable, comme les précédents d’ailleurs.

Prochain CPM le 4 février : la mécanique moto

Le prochain CPM, le 04 février, parlera de la mécanique moto, à la fois en théorie sur les bases de la mécanique moto, et à la fois en pratique sur les contrôles à effectuer régulièrement sur votre moto.

La partie théorique se fera en salle (au chaud), la partie pratique se fera en extérieur (voir les conditions météo).

Même si ce n’est pas obligatoire, nous vous conseillons de venir avec votre moto.

A dimanche.

Compte rendu du CPM Comportement en cas d’accident du 7 janvier 2024

Bonjour,
voici le compte rendu du CPM CECA (Comportement en cas d’accident) ou CPM initiation aux premiers secours du 7 janvier 2024, vu par Maxime

Ce dimanche 7 janvier 2024 nous étions 51 participants répartis en deux groupes.

Nous étions rassemblés autour du CPM « Réagir en présence d’un accident de la route » dont deux ateliers composent la journée. Le premier, une discussion sur les slides et QCM et le second sous forme d’une sensibilisation aux premiers secours présenté par un gendarme formateur secouriste.

Le matin, présentation des slides :

Protéger :

La première étape consiste à protéger la zone afin d’assurer la sécurité de toutes les personnes présentes, y compris la nôtre. Cela implique la mise en place de signaux visible à 100/150 mètres avant le lieu de l’accident (on évite de placer le signalement sur une sortie de virage). Les moyens peuvent-être : triangle, activation des feux de détresse, accrocher un gilet jaune sur la moto (pour ceux qui n’ont pas les warning) ou tout autre moyen de signalisation pour avertir les autres usagers de la route.

Note : Le gilet jaune est dans une poche sur le motard plutôt que dans les compartiments de la moto. Dans le cas où nous nous retrouverions séparé de notre moto, plus ou moins viollement, ceci nous permettra d’être visible rapidement qu’en aillant besoin de courir sur l’autoroute pour le récupérer dans la moto, sous réserve des dommages physiques subit.

Alerter :

Après avoir sécurisé la zone, il est essentiel d’alerter les services d’urgence avec les informations que nous avons préalablement obtenues avec une rapide analyse de la situation.

Le signalement se fait en composant le numéro d’urgence qui vous semble le plus approprié :

  • 15 pour le SAMU si besoin d’un médecin
  • 18 pour les pompiers, une valeur sûre qui saura faire venir un médecin si nécessaire. Il a été mentionné que la réactivité est meilleure que le SAMU lors des appels téléphoniques.
  • 112 pour les secours dans l’union européenne.

Fournissez des informations précises sur la situation, la localisation, le nombre de personnes impliquées et la gravité de la situation. RESTER EN LIGNE TANT QUE VOUS N’AVEZ PAS ÉTÉ INVITÉ À RACCROCHER, des informations supplémentaires vous serons probablement demandées.

Après la pause déjeuner, nous continuons.

Secourir :

Une fois la zone sécurisée et les secours alertés, nous pouvons alors fournir les premiers soins aux blessés dans la mesure de nos compétences. Cela peut inclure des gestes simples visant à maintenir la vie (position latérale de sécurité, compression sur une plaie qui saigne, etc.), tout en évitant de déplacer les personnes blessées. Le dégagement d’urgence n’est nécessaire que si leur survie en dépend TOUT EN NE METTANT PAS NOTRE SÉCURITÉ EN JEU.

NOTE : Les lignes haute tension au sol ne doivent pas être approchées, le danger étant invisible et le risque électrique est présent à plus de 5 mètres (sans prendre en compte l’humidité). Dans cette situation, il faut garder les pieds joins et les garder au sol. Pour s’éloigner de ce cas, il faut faire glisser ses pieds l’un après l’autre de 5cm à 10cm sans les écarter pour ne pas se retrouver avec une différence de potentiel qui ferai passer le courant par votre corps. Il est recommandé de rester à au moins à 10 mètres.

NOTE 2 : Le risque du monoxyde de carbone est invisible, inodore, incolore et surtout mortel. Si une personne est inconsciente et en présence d’un dispositif brûlant un combustible (cheminée, réchaud, etc…), il ne faut pas s’approcher.

L’après-midi, nous avons eu un aperçu des premiers soins ainsi qu’un petit peu de pratique.

Les premiers soins sont des compétences cruciales qui peuvent sauver des vies en situation d’urgence. Parmi les techniques essentielles figurent l’arrêt d’une hémorragie, le garrot, la Position Latérale de Sécurité (PLS), le massage cardiaque, le maintien des cervicales, et l’utilisation du Défibrillateur Automatisé Externe (DAE). Ces compétences sont fondamentales pour réagir rapidement et efficacement face à diverses situations.

Si la victime porte un casque :

  • Ne pas le retirer.
  • Ouvrez la visière pour faciliter la respiration.

Pour se déplacer autour des victimes, il faut la contourner par les pieds et ne pas passer par-dessus.

En détail pour ce qui a été vu :

  1. Mise en sécurité 

Pour déplacer une personne se trouvant en danger de mort (départ de feu par exemple), il faut selon le cas :

  • La trainer par les pieds.
  • En tirant l’objet sur lequel elle se trouve (draps, planche, etc…).
  • La soulever pour la déplacer. Il faut la redresser par les aisselles, passer nos bras sous ces aisselles et tenir ses bras croisés par les poignets.
  1. L’hémorragie

Qu’est-ce qu’une hémorragie ? C’est une perte de sang importante qui ne se stoppe pas seule. Il existe deux types d’hémorragie : externe (visible) et interne (où le sang reste à l’intérieur du corps).

Identifier une possible hémorragie interne :

Il est difficile de détecter ce genre de blessure, les pistes pouvant mettre la puce à l’oreille sont :

  • Gonflement : L’hémorragie interne peut provoquer un gonflement dans la région touchée.
  • Peau pâle : Une perte de sang interne importante peut entraîner une pâleur de la peau. Les lèvres deviennent pâles également.
  • Affaiblissement du pouls : Une perte de sang importante peut entraîner une diminution de la pression sanguine ce qui se détecte par un pouls peu perceptible.

Réagir face à une hémorragie externe :

  1. Évaluation de la situation : Avant d’agir, évaluez
  • La gravité de l’hémorragie.
  • L’état de conscience de la personne blessée. Elle peut avoir besoin d’être rassurée ou bien elle sera apte à vous aider.
  1. Protection personnelle : Portez des gants en latex ou utilisez un matériau propre pour éviter tout contact direct avec le sang. Si vous n’avez rien sous la main, alors les gants de moto ferons l’affaire à défaut.
  2. Compression directe : Appliquez une pression directe sur la plaie, une compresse stérile ou vos mains si nécessaire. Utilisez votre paume pour appliquer une pression ferme. Le mieux serait que la personne blessée puisse elle-même tenir ce point de pression pour vous permettre d’agir ailleurs (autres victimes, contact avec les secours). La pression doit être maintenue jusqu’à l’arrivée des secours.
  3. Élévation : Si possible, surélevez la partie du corps concernée au-dessus du niveau du cœur pour réduire le flux sanguin vers la blessure.
  4. Utilisation de pansements ou bandages : Si la plaie est importante, utilisez des pansements absorbants ou un bandage pour maintenir la pression sur la blessure.

Dans tous les cas, la personne doit être surveillé jusqu’à l’arrivée des secours.

  1. Le garrot

Il est important de noter que l’utilisation d’un garrot est une mesure extrême et ne doit être envisagée que dans des situations d’urgence où la vie de la personne est en danger en raison d’une perte de sang importante qu’on n’a pas pu contrôler avec les mesures précédentes.

Si vous devez utiliser un garrot, assurez-vous de noter l’heure à laquelle il a été appliqué et informez rapidement les secours médicaux.

  1. Placez le garrot au-dessus de la plaie : Placez le garrot juste au-dessus de la plaie en évitant les articulations.
  2. Placez le bâton ou l’objet rigide : Insérez un bâton, une ceinture ou tout objet rigide à travers le matériau.
  3. Serrez le garrot : Le blessé se plaindra de douleur mais il est important de continuer à serrer jusqu’à ce que le saignement soit contrôlé.
  4. Fixez le garrot en place : Attachez le bâton en place pour maintenir le garrot serré. Vous pouvez utiliser des nœuds ou des attaches pour sécuriser le tout.
  5. Notez l’heure : Marquez l’heure à laquelle le garrot a été appliqué. Il est essentiel de communiquer cette information aux secours médicaux. Idéalement, l’heure est à noter sur le front du blessé.
  6. Restez avec la personne : Restez avec la personne blessée pour l’empêcher de retirer son garrot (elle pourrait être tentée de le faire sous la douleur) et surveillez son état. 
  1. La Position latérale de sécurité (PLS)

La PLS est utilisée pour maintenir les voies respiratoires dégagées et empêcher l’étouffement en cas de vomissement.

Elle est applicable aux victimes inconscientes qui ne sont pas en arrêt cardiorespiratoire.

Une vidéo pour le placement en PLS, c’est plus simple que du texte : https://youtu.be/Eak9JO1zO2U?feature=shared

Et ensuite, on surveille la victime jusqu’à l’arrivée des secours.

  1. Le massage cardiaque

Le massage cardiaque est une procédure d’urgence visant à maintenir la circulation sanguine lorsque le cœur d’une personne cesse de battre. Ceci pour maintenir un flux sanguin aux organes vitaux, en particulier au cerveau, en attendant l’arrivée des secours médicaux.

Étapes du massage cardiaque :

  1. Évaluation de la situation : Assurez-vous que l’environnement est sûr pour vous et la personne en détresse :
  • Pas sur un matelas : Il absorberait une partie de votre force lors du massage. C’est déjà fatiguant pas la peine de complexifier la tâche.
  • Ne pas être sur une surface conductrice : Dans le cas de l’utilisation d’un DAE, l’impulsion électrique serait en partie absorbé, réduisant sont efficacité.

Appelez immédiatement les secours médicaux (composez le numéro d’urgence) ou demandez à quelqu’un de le faire.

  1. Positionnement des mains : Placez le talon de votre main sur le centre de la poitrine, entre les mamelons.
  2. Positionnement du corps : Placez vos mains l’une sur l’autre, et verrouillez vos doigts. Vos épaules sont directement au-dessus de vos mains afin d’avoir un mouvement vertical.
  3. Compression thoracique : Utilisez le poids de votre corps pour comprimer la poitrine de la personne vers le bas. Les compressions doivent être profondes, d’au moins 6 centimètres pour un adulte moyen (75kg, si je me souviens bien).
  4. Fréquence des compressions : Effectuez les compressions à une fréquence de 100 à 120 compressions par minute. Vous pouvez suivre le rythme en chantant à la chanson « Stayin’ Alive » des Bee Gees qui suit ce rythme.
  5. Relâchement entre les compressions : Laissez la poitrine se relever complètement entre chaque compression. Ceci pour que le cœur puisse toujours faire circuler le sang lors du « pompage ».
  6. Continuité : Continuez les compressions jusqu’à ce que les secours médicaux vous disent d’arrêter ou bien que la personne reprenne conscience. La continuité est essentiel.

Si un défibrillateur automatisé externe (DAE) est disponible, suivez les instructions du DAE dès que possible. Les instructions sont simples, vous serez aidé de dessins et de messages audio lors de son utilisation.

  1. Le maintien des cervicales

Le maintien des cervicales est une technique utilisée pour prévenir les lésions aux cervicales en cas de traumatisme, comme un accident de voiture ou une chute. La colonne cervicale est composée des vertèbres du cou et est particulièrement vulnérable aux blessures en raison de sa proximité avec la moelle épinière.

Avant de commencer, il faut penser à la position à tenir le temps que les secours arrivent. La position doit être tenable (ne pas se fatiguer, éviter les crampes et douleur sur soi-même) sur une période assez longue, environ 10 à 15 minutes en ville.

Une fois le maintien commencé, il ne doit être stoppé que sur demande des secours.

Placez vos mains de chaque côté de la tête de la personne. Assurez-vous que la tête et le cou restent alignés avec le reste du corps de la personne. Évitez de tordre ou de fléchir le cou.

C’était un programme chargé, j’espère en avoir restitué un maximum sans erreur car c’est un sujet important. Concernant les premiers secours, il est conseillé de suivre une formation car cette journée n’était qu’une sensibilisation.

Merci Maxime pour ce CR très complet. Bien évidemment, ni ce CR ni le CPM ne servent de formation aux premiers secours. Il ne s’agit que d’une initiation, une sensibilisation. Nous vous recommandons fortement de vous former (vous et vos proches) auprès des organismes habilités à dispenser les formations (PSC1, SST) : Croix Rouge, Pompiers, Sécurité Civile, votre employeur dans les grandes entreprises …
Merci aux participants d’être venus pour s’informer sur ce sujet très important et un grand MERCI à Thierry, qui a pris une journée sur son temps personnel pour venir faire une démonstration des gestes de premiers secours à nos stagiaires.