Compte-Rendu de la balade du 19 mai 2019 : Champagne !

Dimanche dernier, nous avons sorti un de nos roadbooks longue distance, et sur une destination mettant le cap plein Est : les boucles de la Marne, la Champagne et la Montagne de Reims. Manque de bol, la météo n’était vraiment pas engageante, mais ce n’est pas ce qui a empêché une quinzaine de participants motivés pour aller tâter de la route fripée et les virolos des collines couvertes de vigne!

Il n’est même pas 9h du matin à Claye-Souilly et on s’est déjà pris avant même d’arriver au lieu de rendez-vous une belle averse qui avait rendu l’équipement de pluie indispensable pour le reste de la journée. Les grenouilles du bassin de rétention près de la station service où nous formons les groupes peuvent se moquer, mais cela ne va pas nous empêcher de tenter quand même l’aventure.

On forme trois groupes, plus pour l’aisance que le rythme, et après le briefing de rigueur notamment pour nos deux participants extérieurs, il est temps de prendre la route. Au fil des kilomètres, une fois sortis de la région parisienne, on se rend compte que la route est séchante voire complètement sèche. La succession de villages le long de la Marne nous amène jusqu’à Château-Thierry où nous faisons une première vraie pause. On reprend espoir de pouvoir faire notre pause de midi avec le pique-nique comme annoncé, plutôt que d’aller s’engraisser le foie dans un fast-food clownesque à Epernay. Nous nous faisons une frayeur en longeant un nuage de pluie de l’autre côté de la Marne, mais arrivés sur le terrain, le crachin s’arrête et nous avons même le droit à un rayon de soleil pour le café!

IMG_20190519_114339

Nous reprenons la route à travers la Montagne de Reims où nous alternons avec des portions de routes humides et sèches et faisons ensuite une halte devant les gradins de l’ancien circuit de Reims-Gueux. Le temps de quelques photos et nous repartons, poursuivis par un gros nuage de pluie. Le reste du parcours nous amène à longer le canal de l’Ourcq et faire une pause au pied du château de la Ferté-Milon. Le reste de l’itinéraire est évidemment moins sinueux et de plus en plus pluvieux au fur et à mesure que nous revenons sur la banlieue parisienne. Nous nous quittons dans la zone commerciale de Parinord avant de rentrer chacun chez soi en se faufilant à travers les bouchons de l’A1 et de l’A86

IMG_20190519_153720

Le prochain rendez-vous de la Casim est le week-end touristique dans le Forez, du 30 au 2 juin prochain, pour les adhérents s’étant inscrits à l’événement. Les Visa pour la vie auront lieu le dimanche suivant, le 9 juin et une communication spécifique vous sera transmise. Enfin, le week-end InterCasim au cours duquel nous fêterons les 10 ans de la 78 aura lieu les 22 et 23 juin prochains. Pensez à réserver votre place !

Compte Rendu: CPM préparation des VISAS POUR LA VIE du 12/05/2019

Compte Rendu: CPM préparation des VISAS POUR LA VIE du 12/05/2019

Ci dessous le compte rendu du CPM de préparation des Visas pour la Vie vu par Louis Auguste:

En application de l’article A. 332-2-1 nonies, I, 2° de l’injuste Code de la Casim, un brave et honnête gars a été condamné à rédiger le CR de la journée de préparation aux Visa. Le voici donc.


Pour ma part, voici plus d’un an que je n’avais pas fait de mania (honte à moi). J’attendais donc avec impatience cette journée.


Après le traditionnel café d’arrivée où je suis content de retrouver un certain nombre de personnes que je n’avais pas vu depuis longtemps, briefing par Patoche. Au programme de la matinée, mania rapide (deux slaloms, l’un au format classique, l’autre commençant à un rythme rapide qui se réduit pour finir en mania lente), différents exercices de mania lente (le traditionnel huit, un parcours type permis avec les portes) et un freinage de précision.


Avant de commencer, une petite séance de danse chauffante sensuellement orchestrée par Gaël, toujours à l’anglaise. Ensuite un grand tour de moto, où, les un à la suite des autres, nous roulons au ralenti debout sur la moto, à genou, en amazone, main en l’air etc. Une fois la moto reprise en main, chacun va aux différents ateliers. Ils font vraiment du bien et permettent de se sentir plus à l’aise sur la moto. Le nombre et la diversité d’atelier permettent de les enchaîner sans trop attendre.


Les exercices sont suivis d’une pause déj dans l’un des traditionnels gastro du quartier pour les un, ou d’un pique nique sur le plateaux pour les autres.


L’aprem les exercices changent : la partie lente se transforme en un parcours long enchaînant différents exercices : un slalom rapide entre des portes, un slalom lent entre des portes, des huit, de grandes courbes lentes, jonglage avec des cônes entre portes, et un évitement suivi d’un arrêt de précision. L’exercice est complet et top. En parallèle, les slaloms rapides sont maintenus, et un slalom (lent) en trèfle est organisé. 


Une journée vraiment top, dont on ressort avec une meilleure maîtrise de la moto. Un grand merci donc pour son organisation, ainsi qu’aux moniteurs qui ont quand même passé leur dimanche sur le bord de la piste, sans rouler (ou très peu), à nous donner des conseils ou préparer les parcours. C’est franchement sympa.

Merci à tous les participants de cette journée pour votre bonne humeur et le sérieux lors des ateliers.

Merci à l’ensemble des encadrants pour avoir animer cette journée.

Merci à Aurelie, Micka et Patoche pour nous avoir concocté ce superbe programme.

Et merci à Louis Auguste pour avoir rédigé ce CR.

Compte-Rendu de la balade du mois d’avril dans la vallée de l’Eure

La balade du 14 avril dernier a emmené notre vingtaine d’adhérents à la découverte des petites routes de la vallée de l’Eure avec une petite surprise, qu’Idris, heureux détenteur du CR de la journée va nous raconter

Pour cette deuxième balade de l’année la météo prévoyait que du beau temps mais la matinée était assez froide, 1°C sur le compteur et autant dire que ça se ressentait sur le bout des doigts.

RDV est donné à 9h30 sur le parking du Leclerc pour faire le plein, les premiers arrivants étaient tous en train frotter leurs mains pour se réchauffer, on décide donc d’aller tous ensemble prendre des cafés au McDo d’à côté, les discussions vont bon train toujours dans la bonne humeur.

Les monos forment ensuite 2 groupes : un groupe rapide et un groupe « tranquille » dont je faisais partie. Je voulais vraiment profiter du beau temps, des paysages et y aller « cool » pour cette journée.
C’est à ce moment-là qu’un moniteur, un certain Patrick a hérité du CR, en effet il est venu sans prévenir…ça vaut bien un CR non ?

Quelques conseils de sécurité et on est partis, direction Dreux. Le plaisir commence vraiment lorsqu’on passe dans les premiers villages, la température a grimpé et le printemps nous offre un joli spectacle, ça change du trafic parisien. Les premiers virolos arrivent et on s’amuse comme des gamins… C’est là qu’on remarque qu’on est déjà passé dans ce village… bizarre ?… Et on comprend très vite que c’est notre cher Jean-Luc, notre mono ouvreur, qui commence à avoir de petits désagréments avec son GPS. Quelques demi-tours plus tard et on se remet sur le bon chemin, le paysage est magnifique et on ne se lasse pas, on fait une petite pause près d’un ruisseau et on repart vers Dreux.

A midi on arrive à Dreux pour la pause déjeuner, Hervé nous indique qu’il a 20% de remise sur la note au restaurant Courtepaille… ça se refuse pas mais le restaurant était blindé de monde. Étonnamment on a eu des places assez rapidement et on a pu profiter d’un bon déjeuner. Un moment convivial où les externes peuvent poser leurs questions aux moniteurs et apprendre à connaitre la Casim et ses membres.

Bien rassasiés, nous repartons direction Vernon. Le soleil s’est bien pointé et on profite de cette journée très agréable. Les villages, les ruisseaux, les petits châteaux, bien évidement les chevaux de l’Eure et surtout de bons petits virolos. Soudain encore une fois je me dis « On est déjà passé passé dans ce village ? » Encore les déboires de notre cher GPS… ça vaut bien un petit CR pour Jean-Luc non ? J .

Après une centaine de kilomètres on arrive au circuit de Vernon. Le premier groupe était déjà arrivé et enchainés les tours de circuit. On se place dans la file d’attente et on attend notre tour. Le moniteur du circuit nous explique les règles de sécurité avant de nous aligner devant la piste. Une très bonne expérience, la piste à une bien meilleure adhérence et permet de bien pratiquer : trajectoires, vitesse, regard, etc…. J’enchaine les tours et rapidement je remarque que mon réservoir est presque à sec, j’indique à Hervé qu’il faudra que je fasse le plein au retour. C’est à ce moment que j’ai hérité du fameux CR, j’ai bien tenté d’expliquer à Hervé que c’était injuste mais rien n’y fait.

On remonte tous sur les bécanes et la dernière ligne droite nous ramène vers Conflans Saint Honorine, sur le chemin j’ai essayé de convaincre encore une fois Hervé de filer le CR à Jean-Luc mais rien n’y fait. Le temps d’une petite pause et il est temps de se séparer pour rentrer chacun chez soi. Une bonne journée roulante, plein de choses apprises et de beaux paysages.

Un grand merci aux organisateurs et moniteurs

Merci à Idris pour son CR de la journée, mais comme on aime bien le rappeler, les moniteurs sont (sauf rares exceptions) dispensés de CR !

Les prochains rendez-vous de la Casim après le CAMABC sont une journée de préparation aux Visa le 12 mai et une balade le 19 mai.

Compte rendu: CPM Virages et Mania du 3 mars 2019

Vous trouverez ci dessous le CR de cette journée, pour une fois, vu du coté d’un des organisateurs:

L’entrée du site de cette journée



Étant donné le début de matinée catastrophique, comme vous le lirez plus bas, j’aurais pu donner la rédaction du CR à bon nombre de personnes. Comme j’ai oublié de désigner le responsable du jour, je m’y colle. Mais c’est la seule et unique fois. Qu’on se le dise.:-)

Rendez-vous était donné sur la piste moto des Essarts le roi entre Coignières et Rambouillet à 9 heures du matin. Du coup certains de nos adhérents ont donc pu faire la grâce matinée voire se rendormir pour certains autres (suivez mon regard).
Les arrivées sur site des uns et des autres nous ont permis de voir, nous qui étions là depuis un bon moment, quelques incidents en tous genres : routes prises à contre sens ; les motos, une fois garées, qui tombent les unes sur les autres, etc…. Bref ça démarre mal.
Le ciel est gris et menaçant mais restera comme ça tout au long de la journée. Quelques gouttes tomberont en fin d’après midi.

Après le traditionnel café, suivi de chouquettes et autres quatre-quarts, deux groupes ont été créés :
– les plus expérimentés vont partir sur les routes ;
– les jeunes de la promo 2019 restent avec Pierrick pour des exercices de mania.

Un petit cours magistral de Rémi sur la théorie de la trajectoire de sécurité et maintenant tout le monde connaît à la perfection la signification de l’EDSR. Et c’est parti pour un petit circuit d’une trentaine de kms pour certains et les virages des Vaux de Cernay pour d’autres.

Après un petit échauffement sur la moto, Pierrick revisite certains principes comme les appuis sur les repose pieds et l’effet gyroscopique de la moto. S’en suit des exercices de mania lente et à allure normale. Des slaloms en ligne, des slaloms avec des portes décalées, des  »8 », etc…

Presque 12h30 et c’est le départ vers les restos de Coignières et autre crêperie.

14h et quelques pastilles on permute les groupes : les jeunes,  »promo 2019 », partent pour s’exercer aux virages et trajectoire de sécurité toujours après le cours magistral de Rémi et Pierrick. L’autre groupe se prépare et s’échauffe pour les exercices de mania. Tout ça pendant deux petites heures.

Il est environ 16h30, tout le monde est de retour sur la piste. Je crois que ce petit monde est maintenant bien fatigué et est assez pressé de rentrer à la maison d’autant plus que la pluie commence à tomber.

Le plateau de maniabilité

Merci à Patrick pour ce CR, merci aux monos et aides monos présents pour assurer l’encadrement de cette journée et merci à l’ensemble des participants d’avoir bravé la grisaille pour venir se perfectionner avec nous.

Compte rendu: CPM de sensibilisation aux gestes de 1ers secours du 6 janvier 2019

Ci dessous le compte rendu de la journée de sensibilisation aux gestes de 1ers secours de la CASIM 78:

Pascal P en mode présentation

Nous étions conviés ce dimanche 6 janvier à assister (et participer activement) à ce CPM de sensibilisation.

Partagés en 2 groupes nous avons pu voir :

1- Comment protéger une victime sur une scène d’accident, et comment alerter les secours

2- Comment secourir une victime (attention, pour les non initiés, il ne s’agit pas de se prendre pour un médecin ou un secouriste qualifié….mais de connaître certaines attitudes et gestes élémentaires qui permettrons d’aider (voire de garder en vie) la (les) victimes d’un accident (domestique, de circulation, sur un lieu professionnel…).

La règle en présence d’un accident : P A S

PROTEGER
ALERTER
SECOURIR

1-1 PROTEGER :

Avant toute intervention : observer, analyser la situation (voir les risques potentiels supplémentaires : incendie, explosion, toxique, électrique…), demander si les secours sont déjà prévenus.

– Qui protéger ?
Soi-même en premier ! (inutile de provoquer un « sur-accident », choisir le bon endroit pour arrêter son véhicule).
Se rendre visible (endosser son gilet fluo jaune) baliser le lieu de l’accident par des feux de détresse ou tout autre moyen.
Protéger le blessé, ne pas aggraver son état en le déplaçant si cela n’est pas nécessaire, seul un risque vital réel et non contrôlable, justifie son déplacement (fumée, incendie,…)  
Protéger les autres personnes impliquées dans l’accident, les mettre à l’abri derrière les barrières de sécurité.
Eviter les curieux et les « youtubers » !
Si possible se faire aider par d’autres personnes afin de signaler, 100 à 150m « avant » et « après », le lieu de l’accident et si besoin organiser la  circulation pour faciliter l’arrivée des secours.

1-2 ALERTER
Là encore un temps d’observation est nécessaire afin de transmettre les bonnes informations lors de l’appel aux secours (appelez vous-même ou demandez à quelqu’un de le faire).

– Quelques numéros à mémoriser :
En France le 15 pour un accident avec victime
Le 18 pour un incendie, un accident sur la voie publique
En Europe le 112 permet d’avoir quelqu’un en ligne qui parle votre langue
Le 114 permet d’envoyer un SMS dans le cas où l’on ne peut pas parler
Le 17 pour signaler un véhicule arrêté en situation dangereuse

– Les informations à fournir lors de votre appel :
Donner le numéro du téléphone avec lequel vous appelez
Précisez le lieu de l’accident (adresse, code d’accès, étage). Sur route : numéro, localité à proximité ; sens de circulation sur les grandes voies, point kilométrique ou tout autre repère)
Nature de l’accident (chute, malaise, collision, électrocution …)
Nombre de victimes et leur état (inconscientes, saignent, fractures…)
Les mesures déjà prises : mise en PLS, présence éventuelle de secouriste, médecin, garrot (bien garder en tête les heures des gestes faits)
Répondre aux questions et surtout ne pas raccrocher le premier.
Pensez à rester près du blessé tant que les secours ne sont pas arrivés (pour le rassurer, pour le protéger du froid, effectuer des gestes supplémentaires selon son état…)

2 SECOURIR :

S’assurer que tout danger a été écarté de la victime (objet coupant, courant électrique coupé, produit toxique, risque de feu…). Allonger la victime (ou la laisser se mettre dans sa « position de confort ».

La victime est-elle consciente ? (quelles sensations ressent-elle ? quels aliments ou médicaments ont été absorbés ? Opération récente ? …)

Présente-elle des symptômes précis (maux de tête, asymétrie sur le visage au niveau de la mâchoire, douleur de poitrine, dans un bras…) qui nécessitent une intervention plus rapide.

La victime respire et peut être mise en PLS, penser à dégager les voies respiratoires

La victime ne respire plus, maintenir la tête en arrière sans appuyer sur les cervicales et pratiquer une RCP (réanimation cardio-pulmonaire) comme montré durant le CPM (se rappeler les différences entre une RCP pour adulte et celle appliquée à un enfant).

Cette RCP peut s’accompagner de l’usage d’un défibrillateur (cet appareil est accompagné d’une notice qui vous guide sur le mode opératoire à adopter)
→ Tant que les signes de respiration ne sont pas visibles, poursuivre la RCP jusqu’à l’arrivée des secours.

Vous pourrez vous trouver face à d’autres types de traumatismes (coupures, hémorragie, étouffement…)

Les vidéos des Gestes qui sauvent des Pompier de Paris.

Au final une journée « méga intéressante » et au combien utile !

Chacun ne souhaitant pas se trouver dans une situation d’urgence, bien sûr….

Mais, rappelez-vous : NE RIEN FAIRE EST PIRE QUE DE MAL FAIRE

Merci aux organisateurs et animateurs de la CASIM78.

Découverte de la RCP sur BOB et sous contrôle de notre formatrice pro.

Merci à Michel pour ce compte rendu détaillé, Natacha pour les photos lors du CPM et surtout à Catherine, notre formatrice 1ers secours bénévole pour cette journée et au Collège de Notre Dame d’Enghien qui nous a prêté les locaux.

Bravo à tous les adhérents et encadrants pour la sérieux et la bonne humeur lors de cette journée.