Balade « De Poissy à Epernon » – Sortez vos motos

Pour continuer ce déconfinement en beauté, nous vous proposons de rejoindre Epernon afin de participer à la journée « Sortez vos motos », à laquelle la CASIM78 est associée.

L’itinéraire Aller nous propose de parcourir 100 km à travers les Yvelines et l’Eure-et-loire afin de rejoindre Epernon pour l’activité « Sortez vos motos » et déjeuner sur place.

L’itinéraire Retour fait 110 km d’Epernon à Orgeval.

N’oubliez pas de répondre au formulaire que vous avez reçu par mail, afin de participer à cette balade.

Compte-Rendu du CPM Freinage et Virages sur route du 06/11/16

Le CPM Freinage et Virages sur route vu de l’intérieur par Louis-Auguste, merci à lui pour cette rédaction.

Troisième CPM de la saison 2016-2017, on ne s’en lasse pas !

Thèmes de la journée : freinage et virages sur route.

Après le traditionnel café sponsorisé qui réveille bien le dimanche matin, matinée de briefing sur les thèmes de la journée.

Pour le freinage, deux parties : théorique et pratique.

En matière théorique, on en apprend plus sur les distance de freinage, les savantes formules mathématiques permettant de calculer notamment la force gyroscopique, les différents facteurs influant sur le freinage, la stabilité de la moto et autres.

En ce qui concerne la partie pratique (du briefing, ce n’est pas encore la pratique sur moto mais sur chaise, bref la pratique théorique), les bonnes techniques de freinage et la trajectoire de sécurité que nous devront appliquer l’après midi nous sont expliquées, le tout illustré de vidéos.

Départ pour le déjeuner, avant le meilleur moment de la journée : la pratique, non plus théorique, mais belle et bien pratique.

Le groupe se scinde en deux sous groupes, afin d’appliquer la formation de la matinée.

Le premier groupe se concentre donc sur le freinage, avec différents exercices par lesquels on apprend à bien dissocier les freins, freiner en téléphonant (ou autre pour certains), et déclenchement de l’ABS. Puis simulation de percussion des moniteurs en les suivants, afin de bien réaliser quelle est la distance de d’arrêt. Ce fut particulièrement instructif, j’ai pour ma part augmenté mes distances de sécurité sur le retour !

Le second groupe pendant ce temps s’entrainait aux trajectoires de sécurité par des aller-retours sur une petite départementale. Pour ce faire, les stagiaires suivent d’abord chacun un moniteur, afin de voir quelles sont les bonnes trajectoires. Les stagiaires effectuent le trajet retour suivis du moniteur qui, à la fin de la session, commente les trajectoires du stagiaire afin de lui permettre de progresser. Les conseils sont d’un certain niveau, puisque les moniteurs peuvent par exemple vous conseiller de modifier votre manière de regarder la route alors même qu’ils vous ont suivis. Bravo ! Ensuite liberté de continuer à faire des allers-retours pour s’entrainer, c’était sympa !

Les deux groupes ont en milieu d’après-midi échangé les postes afin que tout le monde puisse bénéficier des deux formations.

Enfin débriefing général, attribution du CR à un pauvre innocent, et retour chez soi, avec comme à chaque fois une meilleur conduite au retour qu’à l’aller.

Merci à tous les participants et encadrants pour l’ambiance de cette journée.

Compte rendu de la journée de passage des Visas 2016

Voici le compte rendu de la journée de passage des visas, vu par Emmanuel :

C’est donc sous un ciel menaçant que cette journée débute. Les casimirs ayant participé à au moins 5 CPM dans la saison avaient l’honneur d’être conviés ce dimanche 6 juin 9h00 à Cergy pour le passage des visas. Vingt élus au total (7 pour le visa 1 et 13 pour le deux) plus une bonne dizaine de moniteurs incorruptibles mais plus ou moins disciplinés…

 

Monos Jaune

« comme l’année dernière, la mode est toujours au jaune chez les monos »

Au programme du matin un QCM, une évaluation de nos capacités de secouriste puis une petite série de virages sur route. L’après-midi sera consacrée exclusivement aux épreuves sur plateau.

Après un café préparé avec amour par nos gentils tortionnaires et toujours agrémenté des fines blagues de Rémy dit « lucky luke », la première épreuve théorique commence. Le QCM est composé de 40 questions, les visas 1 ont 25 minutes et les visas 2 ont 30 min mais 10 questions supplémentaires.

QCM

Dès la fin du QCM nous enchainons sur l’épreuve de secourisme. Nous passons individuellement avec un moniteur qui nous demande de décrire la conduite à tenir devant plusieurs situations d’urgence. Comme l’année dernière pour mon visa 1, j’ai eu l’honneur de passer avec Patoche dit « œil de lynx ». Tout allait bien quand il me rétorque sévèrement que je venais de tuer la personne que je tentais de secourir… j’avais oublié d’allonger ma victime avant de tenter de contenir son hémorragie, « si il tombe dans les pommes, il se fracasse le crane contre le trottoir » dixit Patrick toujours optimiste.

Nous enchainons sur l’épreuve de roulage sur route ouverte. Le but est d’évaluer la mise en pratique de la trajectoire de sécurité par les candidats.

Candidats avant viragesmonos perplexes 2

Nous effectuerons individuellement le tracé suivi par un moniteur qui nous juge, puis note notre comportement. Je préfère jouer la sécurité et je me porte volontaire pour passer avec Fabrice dit « le clown volant ». Pas de remarque particulière, on se comprend entre dompteur de baleine.

Les épreuves de la matinée sont terminées, l’heure du déjeuner est arrivé. Direction les restaurants gastronomiques habituels des casimirs, au choix, Flunch, Quick ou autres dans le même style, mais « le gras c’est la vie » comme dirait Caradoc.

 

Les deux épreuves de l’après-midi se dérouleront sur un terrain d’entrainement bien connu des casimirs car le plus redouté à cause de sa configuration. Au programme maniabilité et freinage.

Les moniteurs installent le parcours, on va pourvoir les regarder bosser 😉

Preparation parcours

Mais le stress commence à monter chez les candidats malgré les tentatives désespérées de Fabrice pour détendre l’atmosphère.

Fabrice

 

Les visas 1 commencent par la reconnaissance du parcours à pieds avant de s’élancer l’un après l’autre.

 

 

La notation est très sévère et les pénalités tombent à la moindre et minuscule erreur. Pas le droit de toucher terre avec ses pieds (ils sont pourtant faits pour ça non ?) et ne pas effleurer les plots tout en respectant le parcours. Bref impossible de laisser exprimer notre créativité naturelle ! Bien sûr la chute est fatale. Les candidats et candidates ont la possibilité de faire deux essais sachant que c’est la meilleure note qui est retenue sauf en cas de chute ou le pauvre candidat se retrouve avec un zéro pointé.

candidat

Le parcours lent comporte une partie chronométrée avec un minimum de 25s. L’épreuve de freinage se fait à la fin du parcours avec une vitesse minimum de 50km/h pour les visas 1, 60km/h pour les visas 2. L’arrêt doit se faire dans une zone délimitée par quatre cônes.

Après le passage des visas 1, c’est au tour des prétendants au visa 2.

Les règles du parcours sont différentes. L’épreuve est chronométrée dès le départ au passage de la porte après la planche. Au delà d’une minute, la seconde écoulée coûtera 1 point de pénalité. Enfin un tour et demi dans le cercle devra être effectué.

Tous les candidats étant passés, c’est la fin de cette journée bien chargée alors que le soleil pointe son nez !

L’heure du verdict approche, nous attendons avec impatience et angoisse les résultats.

C’est à Hervé dit « le maître des notes » que revient l’honneur d’annoncer les résultats en commençant par les visas 1 par ordre décroissant :

 

 

 

V11V12V13V14

« Félicitations à Thierry, Clément, Bertrand et Vincent. Félicitations également à Géry, Behnam et Nicolas (absents sur les photos) qui ont dû nous quitter plus tôt. »

 

Puis c’est au tour des visas 2 de connaitre leurs notes.
V21V22V23V24V25V26V27V28

« Félicitations à Gaël, Christophe-Alexandre, Saïd, Marc, Jean-Luc, Natacha, Christine, Aurélien, Gilles et Emmanuel. »

 

Ouf, j’ai le visa mais je termine dernier des visas 2 voilà pourquoi je rédige ce CR ! C’est double peine, je ne sais pas qui est à l’origine de cette règle sournoise, mais il faut être au moins président pour inventer un truc aussi pervers 😉
Un grand encouragement à ceux qui n’ont pas obtenu leur visa, d’avoir essayé démontre déjà d’une volonté de s’améliorer à toute épreuve !

Everybody

Encore merci à l’ensemble des organisateurs et félicitations à tous les casimirs pour cette journée très agréable.

 

Merci à Emmanuel pour cet excellent CR, qui retrace bien l’ambiance de cette journée.

 

Visas pour la vie 2016

Suite à la session 2016 de l’épreuve des « Visas pour la vie », la CASIM 78 compte compte dans ses rangs 7 nouveaux « Visa 1 » et 10 nouveaux « Visa 2 ».

Félicitations aux lauréats !

Visa 1 : Géry, Thierry, Clément, Nicolas, Bertrand, Behnam et Vincent.

Visa 2 : Gaël, Christophe-Alexandre, Saïd, Jean-Luc, Marc, Natacha, Christine, Gilles, Aurélien et Emmanuel.

Le compte rendu est attendu très prochainement.

On en parle ICI

 

Compte rendu de la balade du 20 mars dans le pays de Bray

Pour la première balade de l’année, nous avons remis le cap sur le pays de Bray Voici le compte rendu de la balade, vu par Mickaël :

vlcsnap-2016-03-29-23h15m34s430

Départ groupé – Photo : Damien

2016-03-Bray1900_3

Hervé au briefing, silence dans les rangs ! Photo : Damien

Aujourd’hui, c’est le printemps et aujourd’hui, c’est balade CASIM dans le Pays de Bray ! Sauf qu’on a oublié de prévenir la météo du changement de saison donc il fait gris, il fait froid, il fait humide, et il y a du vent… Au moins, il ne pleut pas.
Départ un peu à la bourre, je n’ai pas fait cent mètres que le chauffage des gants lâche ; tant pis, j’aurais froid aux mains. Je rejoins Hien qui m’attend au pont de Sèvres, m’excuse pour vlcsnap-2016-03-29-23h16m09s317mon retard puis nous partons directement pour le point de rendez-vous de la balade, à Magny-en-Vexin. Après un appoint de carburant nous rejoignons les troupes déjà en place pour saluer tout le monde, papoter un peu et attendre les derniers arrivants. Une fois que tout le monde a répondu à l’appel, Hervé nous rassemble pour nous décrire le déroulé de la journée, rappeler les règles de roulage et constituer les quatre groupes.
Chaque ouvreur fait alors un briefing avec les membres de son groupe pour approfondir certains détails ; c’est alors qu’un GPZ arrive en nous faisant de grands signes. Avec tant de retard, c’est le parfait candidat pour rédiger le compte-rendu de la journée ! Sauf qu’on me glisse dans l’oreillette que ce n’est pas un casimir, juste un motard qui vient faire le plein et qui est heureux de croiser des consœurs et confrères… Diantre ! J’aurai essayé.
Nous commençons à nous préparer à partir en séquence, avec quelques minutes d’écart entre les groupes. Celui mené Baptiste grille alors sur le poteau celui d’Hervé pour partir en premie

r afin d’avoir les meilleures places pour la pause-café du matin, suivent alors les groupes ouverts par Damien et Patrick.
La première partie du parcours n’est pas des plus virolantes ; cela permet de s’échauffer et de reprendre ses marques progressivement après l’hiver. Nous arrivons rapidement à Lyons-la-Forêt pour la pause-café dans un des bars de la place à côté de la halle. Hervé (RV78) ayant une petite fringale, il fait l’aller-retour à la boulangerie du coin et nous ramène quelques viennoiseries qui accompagnent parfaitement notre boisson chaude (merci à lui !). En repartant vers les motos, nous croisons d’autres groupes de motards aussi de sortie ; le printemps en a inspiré plus d’un !
Après un échange de pull et quelques légers remaniements de groupes, nous repartons pour une boucle panoramique au-dessus de Lyons pour combler les attentes d’un GPS malicieux. Pour cette deuxième partie de matinée, les routes sont beaucoup plus sympathiques à mesure que nous nous dirigeons vers le nord. Alors que nous approchons de la pause déjeuner, nous passons devant un parking rempli d’Alpine en tous genres ; les amateurs de belles mécaniques à 4 roues n’hésitent pas à mettre en pratique la technique du point de patinage pour observer le plus longuement possible ces bolides.
Arrivés à Neufchâtel-en-Bray, c’est l’heure du repas. Après un appoint d’essence, tout le monde se rue dans le McDonald’s pour se réchauffer, sauf deux hurluberlus qui préfèrent manger un sandwich sur le parking venteux et prendre seulement un café avant de repartir.
Encore quelques remaniements dans les groupes puis nous reprenons la route. Pas le temps de digérer tranquillement, les virages s’enchaînent rapidement. À Londinières, Baptiste nous fait prendre un chemin de traverse tout en montée : pas très roulant, mais très sympa, il faut juste faire attention à bien placer ses pneus sur la bande de bitume de 30 centimètres de large. Heureusement, la route est sèche, ça aurait été une autre histoire s’il avait plu. Une fois en haut, nous changeons d’ouvreur et repartons de plus belle.

2016-03-Bray1900_4

2016-03-Bray1900_5

 

 

 

 

 

2016-03-Bray1900_6

Nous sommes à quelques encablures de Dieppe, mais l’itinéraire du jour ne nous y fait pas passer. Au lieu de ça, nous remettons le cap au sud pour entamer le retour, alternant entre de la route à chèvres et le bien roulant, en passant par des routes en sous-bois. L’itinéraire est très diversifié et permet de ne pas nous ennuyer malgré la grisaille ambiante que ne nous lâche pas. À Aumale, nous faisons la pause-café de l’après-midi, mais sans le café car rien n’est ouvert en ce dimanche après-midi. Après un dernier remaniement des groupes, nous repartons pour la dernière portion de la balade. Passage à Quincampoix-Fleuzy : «tiens, c’est là que j’ai crevé il y a deux ans… » et au détour d’une rue : « tiens, c’est là que j’avais réparé mon pneu ». Vérification rapide : jusqu’ici, tout va bien…

2016-03-Bray1900

Allez le retardateur, il fait froid ! – Photo : Damien

Nous continuons notre bonhomme de chemin et passons à Gournay-en-Bray : « Route barrée à 300 mètres » nous signale un panneau ; mais bien sûr ! Nous continuons sans nous en soucier, jusqu’à… une barrière fermant la route. C’est la fête au village. Dommage, nous aurions dû faire la pause ici, la ville est un peu plus animée qu’Aumale. Un demi-tour et quelques détours plus tard, nous sortons de la ville en rattrapant le parcours. Les virages s’espacent mais quelques beaux spots permettent de rester vigilants. En longeant un pré, deux chevaux tentent de faire la course avec nous, mais ils abandonnent vite devant notre cavalerie, nous laissant avec un bon fou-rire sous le casque. Aux alentours de Gisors, il n’y a plus de virages à se mettre sous les roues, nous déroulons tranquillement jusqu’à Magny-en-Vexin pour nous arrêter sur le parking que nous avons quitté il y a quelques heures.
Une fois le casque ôté, nous nous remémorons le cours de la journée en attendant les autres groupes. Une fois tout le monde arrivé, Hervé fait le débriefing de la journée qui s’est déroulée sans accr… Bon, presque sans accroc, Gilles vient malheureusement de crever. Mais les casimirs sont bien équipés : entre bombe anti-crevaison et kit mèche, il y a l’embarras du choix. Hien, Marc et Alex s’occupent dare dare de la réparation tandis que les autres rentrent petit à petit pour aller se mettre au chaud. Je ne m’attarde pas trop sur place, je dois rentrer avant la nuit *sifflote*
À bientôt pour de nouvelles aventures !

 

Merci à Mickaël pour ce compte-rendu et merci à tous les participants pour leur bonne humeur malgré le temps frais.